Le troc

Où en est-on avec le troc aujourd’hui ?

 

La conjoncture économique oblige, les consommateurs cherchent le meilleur moyen d’épargner leurs ressources financières, aussi petit soit-il. Aujourd’hui, après avoir fait son apparition dans l’Antiquité, le troc refait peu à peu surface, notamment parmi les particuliers soucieux de préserver leurs fins de mois.

 

Le troc pour une lutte collective contre la surconsommation

Ayant actuellement pris la place d’une véritable alternative à la monnaie, le troc a été adopté par nombre de particuliers, afin de s’adapter tant bien que mal à une situation financière en régression. Outre de permettre à tous de bénéficier d’un objet ou d’un produit qu’il ne peut envisager d’acquérir avec des possibilités financières limitées, le troc est également un bon moyen mener une lutte efficace et collective contre la surconsommation. Si un certain nombre d’objets ou de vêtements encombrent vos placards, il n’est pas dit qu’ils ne serviront plus non plus à personne. Par ailleurs, notons que le troc a été le précurseur du système monétaire dans lequel nous vivons actuellement.

 troc

 

Tout et n’importe quoi

Depuis quelques années maintenant, les particuliers ont véritablement redécouvert le goût du troc, si bien qu’actuellement, les sites dédiés aux échanges en tout genre fleurissent de part et d’autre de la Toile. Ces derniers d’ailleurs mettent en place un système d’échange sécurisé, afin de garantir la partialité des échanges entre les intéressés. Livres, DVD, appareils ou encore vêtements, tout peut être échangé et troqué, lorsqu’on trouve la personne avec qui traiter ses affaires. En ces temps où tout est exploité pour mieux économiser, le troc se manifeste sous différentes formes : de ce système récemment réapparu a également émergé le principe d’échange de service, dans des conditions préalablement fixées par les deux parties concernées.

 

Les arnaques

Si le troc semble être une solution à certains problèmes, reste qu’un échange entre particulier, sans autre garantie que la parole et/ou éventuellement les correspondances présente des risques. En effet, en cas de mauvaise foi de la part de l’autre partie, les recours restent quelque peu limités. Il est ainsi impératif de prendre soi-même ses dispositions, dans la mesure du possible, notamment quant à la vérification préalable des marchandises à troquer et à un échange physique plutôt que postal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *